Rechercher

Coup de chaleur : le Groupe Loudane prêt à veiller sur vous !


Depuis quelques jours, les températures s’envolent et devraient grimper jusqu’à atteindre les 38 °C dans le Var avant la fin de la semaine. Il faut donc faire attention aux coups de chaleur et à l'hyperthermie. Les ambulanciers du Groupe Loudane sont en tout cas prêts à agir et vous aider.


Qu'est-ce qu'un "coup de chaleur" ?


Le "coup de chaleur" se produit à une température supérieure à 40 °C avec risque de décharge de composés musculaires (rhabdomyolyse) qui se bloquent au niveau des reins (insuffisance rénale aiguë). Sans traitement la mort est fréquente.


Il peut survenir lors d’une marche forcée (militaire), un marathon et pas obligatoirement avec une chaleur extrême. Il arrive souvent quand il y a une forte humidité.


La canicule frappe plus souvent les enfants en bas âge, les personnes âgées et les malades psychiatriques (surtout s’ils prennent des médicaments « neuroleptiques »).


La définition du "coup de chaleur" repose sur l’association des éléments suivants :

- Température centrale supérieure à 40°C,

- Signes neurologiques parmi confusion, délire, convulsions, troubles de conscience pouvant aller jusqu’au coma,

- Nausées,

- Crampes musculaires,

- Peau chaude et légèrement humide,

- Absence d’argument en faveur d’une origine infectieuse,

- Présence d’un facteur favorisant identifié.

Quelles sont les premières mesures d'urgence à prendre ?


S’agissant d’une pathologie à risque évolutif, les patients atteints de coup de chaleur doivent être hospitalisés. Les patients comateux ou atteints d’au moins deux défaillances d’organes doivent être admis en réanimation.


Les premières MESURES D’URGENCE sont les suivantes :

- Déshabiller le patient.

- Oxygénation.

- Assurer la liberté des voies aériennes supérieures.

- Mise en place d’au moins une voie veineuse périphérique de calibre suffisant.

- Intubation trachéale et ventilation mécanique devant un coma.

- Réhydratation hydro-électrolytique.

- Monitorage des paramètres hémodynamiques et de la température.


La base du traitement repose sur le REFROIDISSEMENT. Le but est d’accélérer le transfert de chaleur de la peau à l’environnement sans compromettre le débit sanguin cutané. L’objectif à atteindre est de ramener la température corporelle centrale en dessous de 39°C dans les meilleurs délais (idéalement dans la première heure de prise en charge).


Il faut absolument refroidir la victime par exemple avec des draps mouillés et un ventilateur ou appliquer de la glace au niveau des gros vaisseaux.


Quelle intervention ?


- Evaluez la situation et ne perdez pas de vue la possibilité d’une hyperthermie maligne en cas de grande chaleur. (Lors d’une hyperthermie maligne, la température corporelle atteint un niveau mortel. Toutes les cellules de l’organisme sont chauffées au-delà d’une température normale, ce qui peut les détériorer de manière irréversible. Ceci est une urgence qui demande à être traitée rapidement.)

- Evaluez l’état de conscience (en cas d’hyperthermie maligne, les victimes sont souvent confuses, agitées, présentent des convulsions ou sont inconscientes).

- Placez la personne au frais, à l'ombre et laissez-la se reposer (ne lui demandez donc pas de se déplacer seul, mais déposez-le sur le brancard et transportez-le).

- Couchez la victime,

- L'envelopper dans un drap humide,

- La plonger dans un bain frais (Pas glacé !)

- Donnez à boire,

- Oxygénez la personne (10-15L/min)

- Transférez le patient vers l’hôpital.